Poncif #7


À l’occasion de la parution de La Tranchée des poncifs, et en ce jour du 11 novembre, découvrez chaque jour un poncif, une contre-vérité, une fake news de 14-18 :

Ils étaient envoyés ivres morts à l’abattoir !

« Les Français n’ont pas attendu la Grande Guerre pour consommer des boissons alcoolisées et la condition du prolétariat urbain tout autant que la dureté des travaux des champs n’y étaient pas pour rien. […]


Au début de la guerre, le soldat avait droit à un quart de litre de vin et 6 centilitres d’eau de vie par jour […]. Cette ration [n’a] cessé d’augmenter pour atteindre 1 litre en 1918. […] Est-ce qu’un litre d’un mauvais vin à 9° par jour était de nature à altérer la santé physique et mentale de nos Poilus ? Difficile à dire, mais il est vrai qu’ils avaient également la possibilité de se ravitailler, à leurs frais, dans les popotes et autres camions-bazar […].


On a bien sûr dit que l’alcool euphorisait le soldat au moment de monter à l’assaut et qu’il y avait souvent des distributions supplémentaires la veille des grandes offensives. C’est irréfutable, mais les quantités distribuées, tout autant que la médiocrité des boissons et leur faible titrage en alcool, ne permettaient certainement pas d’enivrer des soldats qui préféraient sans doute garder bon pied bon œil puisqu’il y allait de leur survie dans l’action. »

Poncif #7
Posté le 11/11/2019 par Pierre de Taillac

Ces livres vous intéresseront peut-être


Ces articles vous intéresseront peut-être