Le paradoxe de l'éditeur confiné


Le paradoxe de l'éditeur confiné

Le confinement sans précédent que nous sommes en train de vivre aboutit, pour l'éditeur, à un étonnant paradoxe :

- la maison d'édition est en hibernation commerciale et je dispose donc de beaucoup plus de temps pour lire des manuscrits, étudier de nouveaux projets et lire des livres étrangers pour éventuellement en acheter les droits pour la France...
Et les auteurs (dont beaucoup en histoire militaire ont un autre métier) ont plus de temps pour écrire et pour me proposer de nouvelles idées passionnantes...
Ce qui (dans un monde idéal où les éditeurs seraient aussi riches que les footballeurs) devrait produire dans quelques mois un foisonnement éditorial passionnant...

- Le hic, c'est que le confinement va aussi assécher nos ressources (ou pour le dire plus simplement siphonner la trésorerie)...

Il va donc falloir déployer des trésors d'inventivité et, avec des moyens encore plus limités que d'habitude, réussir à publier ces formidables livres qui méritent de l'être...

Comme à chaque fois que la situation se dégrade, je pense au moral à toute épreuve de Foch capable d'affirmer : "Mon centre cède, ma droite recule, situation excellente, j'attaque."

Ce qui signifie pour nous : maintenir le cap, continuer à faire avec passion des livres d'histoire militaire... et croire, encore et toujours, à notre bonne étoile...

Pierre de Taillac

PS : pour soutenir la maison en ces temps troublés, continuez à lire nos livres, à en parler autour de vous et évidemment à les offrir !

Le paradoxe de l'éditeur confiné
Posté le par Pierre de Taillac

Ces articles vous intéresseront peut-être