Il y a 100 ans, dans les tranchées...


[Il y a 100 ans, dans les tranchées.]
"Jeudi 2 décembre 1915 : Le matin, j’installe un bout de ligne sous un violent bombardement et dans des boyaux épouvantables. Le temps est pire que ces jours derniers. Le soir, je prends la garde pour vingt-quatre heures dans le poste téléphonique du commandant Gire en 1re ligne. C’est bien abrité et solidement construit (d’ailleurs ce sont les Boches qui ont fait cet abri). C’est monotone de passer vingt-quatre heures sous terre à 15 pieds ; et puis il y a plein de rats et de souris. On craint une attaque par les gaz asphyxiants qui heureusement ne se produit pas. Je passe ma nuit à lire. Le récepteur doit être toujours conservé à l’oreille. Cela semble bien long."

Au début décembre de l'année 1915, Eugène Henwood, journaliste et soldat, se terrait sous le front pour rétablir les communications téléphoniques, malgré le froid et les nuisibles.

Retrouvez ce témoignage en entier dans "Maudite soit la guerre..., les écrits censurés d'un journaliste dans les tranchées".

Il y a 100 ans, dans les tranchées...
Posté le 03/12/2015 par Pierre de Taillac

Ces livres vous intéresseront peut-être


Ces articles vous intéresseront peut-être