Et la photographie changea la guerre


On fête demain l'anniversaire de la bataille de l'Alma (20 septembre 1854), et la particularité de la guerre de Crimée est d'être le premier conflit à être photographié.  Le premier "reporter de guerre" est ainsi Roger Fenton (dont on publie ici la superbe photographie intitulée "Le Zouave blessé" prise en 1855). La présence de photographes sur le champ de bataille va tout changer (il suffit de penser au Vietnam) car comme le disait un officier anglo-saxon (et gastronome) : "La guerre, c'est comme les saucisses, il vaut mieux ne pas savoir comment s'est fait."
Et la photographie changea la guerre
Posté le 19/09/2013 par Pierre de Taillac

Ces articles vous intéresseront peut-être