Cuisiner un civet de chien et un ragoût de chat ?


Cuisiner un civet de chien et un ragoût de chat ?

Cette édition originale d’une brochure de 36 pages fut éditée pendant l'Année terrible et le siège de Paris, soumis de septembre 1870 à février 1871 au strict blocus mis en place par les armées prussiennes du général von Moltke. Pris au piège, les deux millions d’habitants affrontent le froid et la faim au cours d’un hiver particulièrement rigoureux. Sans plus de moyens pour se chauffer, les Parisiens sont également très vite harassés par le manque de nourriture qui touche peu à peu toutes les classes sociales. 

Nourrir dans une ville assiégée, voici un sujet des plus fortifiants. Ainsi se conjuguent dans ce petit ouvrage, la conduite d’une armée et celle d’une batterie de cuisine. Là où on voit que l’action militaire tient également du ventre. Là où les estomacs complaisants peuvent se satisfaire non seulement de bouillie d’avoine, de café et de chocolat, mais encore de rata de cheval ou de chien, de mulet ou de rat. Les vaillantes recettes inclinent sans discontinuer à l’esprit d’un souci sanitaire. Aussi, le rat n’est-il cuisiné qu’à une température très élevée afin d’éviter les germes de trichinose.

Rare, ce titre a été remis en lumière à la faveur de réimpressions et d’une nouvelle édition depuis 2013. Son entrée dans les collections de la bibliothèque de l’École supérieure de guerre date de 1895, lorsque le banquier parisien Paul Mirabaud fit don des 2 207 volumes, dont une centaine anglais et allemands, qu’il avait rassemblés sur la guerre de 1870 et la Commune, ainsi que diverses cartes, brochures et journaux. Il constitue l’une des raretés des collections patrimoniales du Centre de documentation de l’École militaire.

Cuisiner un civet de chien et un ragoût de chat ?
Posté le 26/02/2020 par Pierre de Taillac

Ces livres vous intéresseront peut-être


Ces articles vous intéresseront peut-être