Consulter Dans un canon !

Dans un canon !


26/12/2013

Belle photo montrant une ouvrière nettoyant l'intérieur d'un canon dans une usine de Coventry. La relative faiblesse de l'arme aérienne durant la Première Guerre mondiale a poussé les industriels à construire des pièces gigantesques afin de frapper l'arrière des lignes ennemis. Le meilleur à ce jeu sera évidemment Krupp et sa célèbre Grosse Bertha. Ce super canon qui tire sur Paris à partir de mars 1918 est un prodige de technologie balistique : il tire trois fois plus loin que tous les canons de l'époque !

Consulter Le plus beau casque du monde

Le plus beau casque du monde


23/12/2013

Superbe dessin d'Hérouard publié dans "La Vie Parisienne". La légende précise : "Vénus apprête le panache de Mars".
Si la qualité graphique ne fait pas l'ombre d'un doute, le dessin véhicule un stéréotype tenace : la guerre serait une affaire d'hommes (et accessoirement la décoration une activité féminine).
Et les Amazones ? Jeanne d'Arc ? Les combattantes de l'Armée rouge ?
Nous serions ravis de publier une histoire illustrée des femmes en guerre, si vous travaillez sur le sujet, n'hésitez pas à nous contacter.

Consulter

"Heureux Noël"


22/12/2013

En cette veille de centenaire, nous nous associons aux Poilus de 1914 pour vous souhaiter de bonnes fêtes de fin d'année.
Ces cartes de Noël très kitsch ne seront envoyées qu'à la fin de 1914. Dès 1915, la population est consciente que ce conflit ne ressemblera à aucun autre : la guerre sera "totale" et beaucoup plus meurtrière que celles du passé...
Alors à partir de Nöel 1915, plus personne n'a à cœur d'envoyer des cartes de cette nature. Le poilu disparaît des cartes de Noël. L'absence du père, du mari, du fils qui combat dans les tranchées se fait plus durement sentir encore le jour de Noël. Personne n'a envie de se la remémorer avec une carte kitsch...

Consulter Belle affiche anglaise de recrutement

Belle affiche anglaise de recrutement


22/12/2013

QUELLE SERA TA RÉPONSE QUAND TON FILS TE DEMANDERA :
"Papa, qu'as-tu fait pour aider quand la Grande-Bretagne combattait pour la liberté en 1915 ?"
ENGAGEZ-VOUS MAINTENANT

Belle et monstrueuse affiche anglaise de recrutement de 1915. Contrairement aux autres belligérants, le Royaume-Uni ne dispose pas d'une armée de conscrits. Le gouvernement doit convaincre les sujets britanniques de s'engager. Le recours à la culpabilisation est un moyen courant. Celui qui choisit de ne pas s'engager est stigmatisé comme en témoigne cette affiche dans laquelle on voit un fils reprocher ce choix à son père.

Dans la réalité, ce sont les pères qui poussent par patriotisme les fils à s'engager. C'est ce que fera Rudyard Kipling. Mais le lieutenant John Kipling sera tué en 1915 et l'auteur du "Livre de la jungle" ne s'en remettra jamais. Il écrira à propos de cette mort et de celles de tous les "fils" de l'Angleterre :

« Si quelqu'un veut savoir pourquoi nous avons péri, / Dites-leur : c'est parce que nos pères nous ont menti »

Consulter Feu sur Paris !

Feu sur Paris !


18/12/2013

Représentation moderne de la "Grosse Bertha", le super canon allemand qui pilonnait Paris en 1918. Cette pièce est un prodige de technologie balistique qui tire trois plus loin que tous les canons de l'époque. L'objectif recherché par les Allemands est de "briser" le moral des Français en montrant que Paris est maintenant sous le feu des canons allemands...
De ce point de vue, la "Grosse Bertha" est une arme étonnamment moderne puisqu'elle cherche à marquer l'opinion publique plus qu'à provoquer des destructions (sur le standard de 14-18, les dégâts occasionnés seront très faibles). Et ça marchera. La meilleure preuve : tous les Français connaissent encore aujourd'hui ce surnom ironique de "Grosse Bertha" que les Parisiens de 1918 avaient donné au super canon allemand...
Pour tout savoir sur la Grosse Bertha et Paris en guerre, il faut lire "Feu sur Paris !" de Christophe Dutrône.