Consulter La bataille de Tannenberg

La bataille de Tannenberg


30/08/2016

C'était un 30 août...
Suite à une demande de leurs alliés français, deux armées russes attaquent dès la mi-août la province allemande de Prusse orientale (aujourd'hui partagée entre la Pologne et la Russie).
Alors que la VIIIe Armée allemande est bousculée à Gumbinnen, les alliés du tsar célèbrent, à Paris et à Londres, les vertus du « rouleau compresseur russe ». Affolé, le chef d'état-major général allemand Helmuth von Moltke enlève deux corps d'armée au front occidental pour renforcer le front oriental. C'est alors une bénédiction pour les Français qui en profitent pour se ressaisir et préparer une contre-offensive qui sauvera la France de l'invasion et d'une nouvelle défaite.
Assisté du général Erich Ludendorff, le général Paul von Hindenburg quitte sa retraite pour prendre en catastrophe la tête de la VIIIe Armée.
Les Allemands parviennent à intercepter des messages radio entre les généraux russes et comprennent aussitôt que les deux armées ennemies sont bien plus éloignées qu'ils ne le pensaient.
Hindenburg et Ludendorff décident donc d'attaquer l'armée du général Samsonov, et, connaissant la haine séparant Samsonov et l'autre général russe Rennenkampf, ils font le pari que ce dernier hésitera à le secourir.
Ils eurent raison. Alors bousculés à Tannenberg, la retraite des 150 000 Russes de Samsonov est coupée. Les Allemands capturent 92 000 hommes ainsi que 500 canons.
30 000 Russes sont tués ou blessés.
Anéanti, Samsonov se suicide. Le général Rennenkampf est à son tour défait la semaine suivante sur les bords des lacs Mazures.
Mais les Russes continueront de faire pression sur la frontière orientale de l'Allemagne jusqu'à la fin de 1917.

 

Consulter Un massacre oublié...

Un massacre oublié...


29/08/2016

C'était un 29 août...
Suite à des actes de résistance, des soldats allemands instaurent la terreur dans la vallée de la Saulx, entre les départements de la Marne et de la Meuse le 29 août 1944. Plus de 80 personnes sont tuées.
Cette tragédie figure parmi les cinq plus grands massacres commis en France par les Allemands en 1944. Les massacres d'Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne), de Maillé (Indre-et-Loire), de Tulle (Corrèze) et d'Ascq (Nord) ont été commis par des SS tandis que celui de la vallée de la Saulx fut l’œuvre de militaires de la Wehrmacht du 29e régiment de la 3e division de Panzer-Grenadiers commandée par le général major Hans Hecker.  

Consulter Archers anglais : 1 - Chevaliers français : 0

Archers anglais : 1 - Chevaliers français : 0


26/08/2016

C'était un 26 août... 6 ans après avoir anéanti la flotte de son rival Philippe VI de Valois en Flandre, le roi anglais Édouard III, prétendant à la couronne de France, débarque en Normandie avec un millier de navires et 20 000 hommes. Il s'empare de la ville de Caen qu'il met au pillage.

Philippe VI de Valois, à la tête de 50 000 hommes va à la rencontre d'Édouard III qui remonte en direction des Flandres où il bénéficie de nombreux appuis parmi les habitants des villes.

Le 24 août, sur la rive droite de la Somme, en bordure de la forêt de Crécy-en-Ponthieu, l'armée anglaise dresse ses tentes sous le commandement du roi Édouard III et de son fils le futur Prince noir, à peine âgé de 15 ans.
Au matin du 26 août 1346, les arbalétriers génois du roi de France tirent les premiers. Mais un orage vient détendre les cordes des arbalètes qui perdent une bonne partie de leur efficacité.

Vient le tour des archers anglais de tirer. Ces derniers ont pris soin de protéger leurs arcs durant l'orage. Grâce à leur position surélevée, ils arrosent de traits les troupes françaises.
Les chevaliers français, face à l'impuissance des arbalétriers génois, décident de monter eux-mêmes à l'assaut malgré le sol boueux. Ils n'hésitent pas à combattre et même à tuer leurs propres fantassins pour se frayer un chemin. Mais les chevaliers se montrent aussi inefficaces : aveuglés par le soleil ils sont incapables de répliquer aux flèches des archers et la bataille se transforme en désastre pour les Français...

 

Consulter Paris ! Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! mais Paris libéré !...

Paris ! Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! mais Paris libéré !...


25/08/2016

Le 25 août 1944, à 15h30, le général Philippe Leclerc de Hauteclocque reçoit la capitulation des troupes d'occupation de la capitale, devant la gare Montparnasse.
Le général de Gaulle arrive une heure plus tard et se voit remettre par Leclerc l'acte de capitulation. Il se rend ensuite à l'Hôtel de Ville où il est reçu par Georges Bidault, président du Conseil national de la Résistance, qui lui demande de proclamer le rétablissement de la République. De Gaulle lui répond alors qu'elle n'a jamais cessé d'exister.
Face à une foule enthousiaste, le général célèbre la Libération de Paris en des termes flamboyants et son discours improvisé est aussitôt retransmis à la radio.
Le soir, de Gaulle s'installe au ministère de la Guerre en tant que chef du gouvernement provisoire de la République française et le lendemain, il descendra en triomphe les Champs-Élysées, suivi de Leclerc.
Entre le 10 août et l'entrée des troupes du général Leclerc le 25 août suivant, la Libération de la capitale causa la mort de 76 soldats de la 2e division blindée ainsi que de 901 résistants des FFI et de 3 200 Allemands (12 800 soldats allemands sont aussi faits prisonniers).
 

Consulter Le moine pirate qui terrifiait les Anglais

Le moine pirate qui terrifiait les Anglais


24/08/2016

Eustache Busket, né vers 1170 et issu d'une famille noble de Boulogne, quitte l'ordre de Saint Benoît afin de venger son père, assassiné par Renaud de Dammartin, comte de Boulogne.
Eustache devient corsaire au service du roi d'Angleterre, Jean sans Terre et établit sa base sur l'île anglo-normande de Sercq. Après avoir fait allégeance à Jean sans Terre, Renaud de Dammartin change de camp et se rallie au roi de France Philippe Auguste.
Surnommé Eustache le Moine ou le Moine noir, sa réputation se fonde sur l'incroyable hardiesse avec laquelle il rançonne les navires. Mais lors de la bataille de South Foreland ou bataille de Sandwich, il est fait prisonnier par les Anglais. C'est également lors de cette bataille que la flotte française est défaite alors qu'elle tentait de gagner la Tamise.
Le 24 août 1217, Eustache Busket sera décapité sur le pont d'un bateau et sa tête sera exhibée dans tout le sud de l'Angleterre. Avec Le roman d'Eustache le moine, il passera à la postérité dès le XIIIe siècle. On retrouvera également son histoire en 1964 dans le Journal de Tintin avec la bande-dessinée Eustache le moine, corsaire du roi.
 

Consulter Opération Charlotte Corday

Opération Charlotte Corday


23/08/2016

Il y a 54 ans, le groupe OAS organisait un attentat contre le président de la République : le général de Gaulle. L'opération est appelée "Opération Charlotte Corday" en référence à l'assassinat de Marat par Charlotte Corday. Ce parallèle évoque la nature même de l'opération : un assassinat politique. 
Dans la soirée du 22 août 1962, alors que le général de Gaulle se rendait à la base aérienne de Villacoublay, le commando mené par Bastien-Thiry est dissimulé à quelques centaines de mètres du rond-point du Petit-Clamart. Le commando ouvre le feu crevant les pneus du véhicule présidentiel. Sur les 187 balles tirées par le groupe, 14 impacts sont identifiés sur la DS du président dont une dans le dossier du passager à hauteur des visages de Mme de Gaulle et de son époux.
Mais la "baraka" du général de Gaulle ne se dément pas et le couple présidentiel survit à "l'attentat du Petit-Clamart". Le commando sera arrêté et déféré devant un tribunal militaire. Condamné, Bastien-Thiry sera fusillé au fort d'Ivry le 11 mars 1963. Il est le dernier condamné à mort à avoir été fusillé en France.